Fred de Mai est mort

Nous sommes réunis en ce premier avril 2049 (il a bien choisi sa date le bougre) dans les allées du Père Lachaise pour suivre un cercueil dont le design épuré et chic à fait l’objet du dernier concours Piranh’art. Jusqu’au bout, Fred de Mai aura mené sa barque au gré des vents oubliant boussole et compas pour passer de vie à trépas. Le choix de ce cimetière légendaire n’est pas anodin car c’est ici que se déroulent trois des meurtres du best-seller “Vachard” dont la trilogie, rappelons-le, a battu tous les records de vente de la littérature policière. Quel comble pour ce policier tombé dans le blog presque par hasard, devenu à la force du poignet (nous parlons ici d’un mélange de masturbation intellectuelle et de maniement de la coupe de champagne) l’un des acteurs majeurs du média qui a tué la télévision. Le long cortège qui l’accompagne jusqu’à sa dernière demeure est composé de personnalités marquantes de cette révolution blogosphérique.

On peut apercevoir cachés derrière des lunettes noires ou des voiles de dentelles sombres, les figures qui font le monde d’aujourd’hui. Il y a là l’inénarrable Vinvin, qui comme tout le monde le sait, après avoir sorti canal + de la faillite a décidé de se retirer des affaires pour produire du Crozes Hermitage quelque part sur la rive gauche du Rhône. A son bras, on reconnaît celle qui a poussé Virginie et autres écrivaines, des pentes du succès en s’imposant comme l’impératrice de la littérature post contemporaine, j’ai nommé Folie Privée. Tout proche, le magna de la presse, celui qui a sauvé magazines et journaux face à l’attaque internet, Môssieur Hervé Resse, passé du blog au papier pour sauver la presse écrite. Sous les spasmes qui agitent ses épaules on reconnait Damdam, ami des débuts, qui rappelons le a racheté l’année dernière la société 3M pour enfin reprendre le nom du post-it express qu’il avait du abandonné sous la contrainte, il y a quelques années.

Belle revanche pour celui qui est devenu le maitre incontesté du widget. Vient ensuite Embruns, capitaine au long cours qui, à la tête de son armada, organise les croisières gay les plus prisées de l’homosphère. Juste derrière lui (par le fait du hasard uniquement) on retrouve GuiM, qui après avoir relancé le film français vient de s’offrir le festival de Cannes qu’il va entièrement podcaster. A ses côté, L-tz, patron d’Adidas et Président du football club de Strasbourg qui pour la troisième saison consécutive remporte le championnat et la coupe d’Europe. Eric et Mathilde se soutiennent mutuellement comme ils le font depuis qu’ils ont relancé le monde de la publicité moribond en créant l’agence « j’adore ce que vous faite », leader mondial incontesté. Ravana est également présent, c’est lui qui organise l’évènement selon les dernières volontés de Fred de Mai qui a demandé que l’on remplace les fleurs par des bouteilles de champagne en vue de la dernière Dance de Mai en direct du Père Lachaise avec DJ Giant Panda qui a interrompu sa tournée mondiale.

Parmi les artistes présents, on reconnait Virginie Talavera, grande prêtresse de la vague picturale française qui a déferlé sur le monde des arts sous l’impulsion et les conseils avisés de Dark Planneur, vêtu de blanc pour l’occasion. Viennent ensuite Pem, qui a racheté la Poste après sa privatisation et Cohiba à la mort de Fidel, Charles Liebert, roi du e-marketing dont les conférences s’arrachent aux quatre coins du globe, Yannick qui après être devenu actionnaire majoritaire de Microsoft à la mort de Bill Gates, lance une OPA sur Google assisté par l’homme qui a fait sombrer Apple, Benjamin. N’oublions pas Xavier, millionnaire du web après avoir vendu ses sociétés de ventes sur le net et son conseiller financier JCC qui s’est offert le luxe d’une salle portant son nom à Wallstreet.

Christophe dont c’est la première absence de l’hémicycle depuis son élection à côté d’un autre Christophe, Président de région. Fred, Président de la fédération française de rugby tout proche de Sophie, l’entremetteuse que les multinationales s’arrachent et Drine la metteur en scène qui, après avoir mis Hollywood à genoux fait renaitre de ses cendres la comédie française. Il y a aussi Deeder, premier philosophe des NTIC, Ron dont la série a détrôné Urgences, Denis, Directeur du Louvre, Manu, Boss de NRJ et Skyrock qu’il a fusionné, XavZ qui a réuni les trois grands opérateurs dans son empire, Bao, Eric et tant d’autres. Loïc lui s’excuse, il est parti Twitter depuis la lune.